Toujours dans la région ce jour calme et enfin ensoleillé du 1er mai. Arrêt chez un vigneron dont je déguste les vins au domaine depuis leur millésime 2003, Rodolphe Demougeot, installé en Côtes de Beaune, à Meursault. Jeune vigneron austère (de la même génération et même école que Vincent Dureuil-Janthial) mais ces vins parlent pour lui.
J'y allais pour ses Pommard. J'avais adoré ses 2003, première découverte des Pommard. Mais quelle appellation peut revendiquer ses 2003 comme représentatifs ?  Ce jour-là, la visite concomitante d'amateurs belges m'a permis d'élargir ma dégustation à une gamme plus large que prévue.

Meursault 2006
Très tendu. Fruité plus que gras. Belle finale. Je préfère cette fraîcheur au souvenir que j'avais des Meursault.

Savigny les Beaune "Les Bourgeots" 2006
J'aime particulièrement les Savigny pour leur côté friand. Cela se vérifie avec celui-là. Finale peut-être un peu sèche mais sans astringence. Fait parti de ces vins dont on aime bien se resservir. Peut être bu dès 2009.

Beaune "Les Beaux Fougets" 2006
Nez réservé. Plus minéral, tendu. Belle trame tannique. Finit comme il a commencé, sur la réserve. A attendre.

Monthélie 2006
Registre très différent du Savigny. Terroir à la frontière des terres à Chardonnay (Puligny et Meursault) et vin plus minéral (plus sur la tension que sur le fruit). Très bien fait.

Auxey-Duresses 2006
Nez ouvert, fruité. A ce stade, plus séduisant que le Monthélie, avec une bouche mieux définie.

Pommard 2006
Assemblage de deux parcelles (une jeune et une vieille vigne). Nez fermé, mais reste sur registre fruité du Savigny. Bouche souple et fruitée. Finale très séduisante.
Déconcertant pour un Pommard: peu de trame tannique et beaucoup de fruit. Sera bientôt prêt à boire.

Pommard "Les Vigots" 2006
Nez plus ouvert mais moins sur le fruit. Semble moins tannique aussi, plus sur l'équilibre de l'acidité. Moins de gras mais toujours aussi souple.

Pommard Premier Cru "Les Charmots" le Cœur des Dames 2006
Nez sur le fruit, plus ouvert et donc plus complexe que le village. Plus de gras, sans agressivité. Séduisant. Serait presque à boire avant le village, mais la complexité augure une plus longue garde.

Pommard 2005
Pensant avoir affaire à des amateurs éclairés, Rodolphe Demougeot nous fait déguster son 2005 dont il lui reste qq bouteilles. Ouch ! Très austère.
Nez fermé. Minéral, presque réduit (hydrocarbure ?). Bouche sur le même style, très tendue. Déconcertant après la dégustation des fruités 2006.
Style classique des Pommard ? Certainement à ne pas ouvrir avant 2012 au plus tôt !

 

J'ai raté pas mal de dégustations de 2005. Je suis agréablement surpris par la gourmandise de ces 2006. Ils permettront de se faire plaisir avant de déboucher les 2005.

Le fil du Domaine Rodolphe Demougeot sur la passsionduvin.com