Visite au domaine le 8 mai 2009

Les vins haute-couture de Béatrice et Louis Magnin (domaine en agriculture bio, conversion biodynamie en cours)    
Le restaurateur Marc Veyrat s'est servi des vins de ce domaine pour faire la promotion des produits de sa région. Véritable locomotive de la viticulture bio au pieds des montagnes, Louis Magnin prend des risques pour mener ses raisins au maximum de leur maturité, parfois au détriment de la quantité à vendre, et fait des investissements importants pour vinifier ces raisins avec les techniques les plus modernes pour respecter les baies qu'il met en cuve. Il peut lui arriver de faire des stocks en ne commercialisant pas un millésime d'une cuvée tant qu'il ne sera pas satisfait de sa buvabilité. Ces contraintes et exigences ont un cout qui se répercute sur le prix des bouteilles. Justifié à mes yeux (je vais déguster au domaine l'ensemble de la gamme au moins deux fois par an) et confirmé par les avis recueillis lors d'une dégustation à l'aveugle organisé pour le club d'oenologie de mon comité d'entreprise.

Les photos sont celles du site internet de Louis Magnin.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
Magnin_Jacquerecépage Jacquère, Chignin 2007: Très minéral (pierre plus que silex). Vin droit, acidulé agréable.
  
Magnin_Roussettepage Altesse, Roussette 2007: Parcelle en conversion bio. Beau nez bien ouvert. Belle tension.
  
Magnin_ChigninBergeroncépage Roussanne, Chignin Bergeron 2006: Vif, tendu et rafraichissant
  
Magnin_GrandOrguecépage Roussanne, Grand Orgue 2005: Le "Grand Orgue" est certainement le meilleur blanc de Savoie que j'ai pu gouter. Millésime de grande maturité. Très gras, légère sensation anisée rafraichissante. Roussanne sudiste. Flatteur.          
Le même en 2006: Vif et tendu. Plus structuré. Plus à mon gout.          
  
Magnin_Mondeuse page Mondeuse, Arbin 2007: J'ai pu gouter deux mises en bouteille, une de janvier et l'autre de mars. Louis Magnin préfère la première, Béatrice Magnin et moi la seconde. La première est plus austère, sur la réduction pour en faire un vin de garde (elle sera mise en vente plus tard). La seconde est ouverte, sur le fruit, gourmande.
  
Magnin_MondeuseVV cépage Mondeuse, Arbin, "vieilles vignes" 2007: Mise en bouteille mi-mars. Nez ouvert, riche. Plus de longueur. Bénéficie de la fermentation en cuve Ganimede de conception italienne domptée maintenant par Louis Magnin (le gaz carbonique dégagée par le fermentation alcoolique permet de brasser le marc sans remontage ou pigeage mécanique, pour ménager ces baies de vignes presque centenaires).
  
Magnin_Rouge          

cépage Mondeuse, Arbin, "La rouge" 2006: Le nom vient de la couleur des argiles de la parcelle sélectionnée. Élevage en grosse cuve bois tronconique achetée en 2003 (à vérifier). Le millésime 2006 rend la dégustation plus difficile pour les rouges: moins de fruits que les 2007. Tanins bien fondus, mais à boire après les 2007.

         

      
  
Magnin_Brova          

cépage Mondeuse, Arbin, "La Brova" 2006: Élevé en fût de chêne. Premier nez sur le fruit. Ensuite le fût s'impose. En bouche, grillé du fût. Plus de longueur et moins astringent. Pour les amateurs de l'élevage sous bois, un vin à boire après 2012.