alphonse-mellot-cuvee[1]

Le midi, je co-animais la première séance de la saison du club œnologie de mon comité d’entreprise sur le thème “découverte des vins blancs secs de France”. Nous n’avions pas présenté de Sauvignon mis à part en assemblage dans un Graves.

Ce soir, je retrouve les vins des Mellot. Je les ai découverte au premier Grand Tasting. Et je vous recommande cette rencontre d’Emmanuelle Mellot, mais ne venez pas en fin d’après-midi, vous auriez de fortes chances de partager ses agapes sur d’autres stands. C’est ainsi que j’ai aussi découvert les vins Corse l’année dernière !
Pour les vins blancs 2007 proposés à la dégustation ce soir, je les avais déjà dégustés au domaine en janvier 2008 peu de temps après leur entonnage pas encore complètement dégazé. En compagnie des deux Alphonses, dont la Moussière encore en cuve de fermentation. Les malo n’étaient pas encore faites. Ce fut une dégustation difficile pour le palais. J’aime bien la minéralité dans les vins blancs. J’avais été servi.

Les observations en italique sont les issues du site web des Mellot.

Le rosé

Moussière 2008, Sancerre
Couleur transparente, tire sur le mauve (derrière la buée du verre). Au nez, pas que floral, de la minéralité. Plus sur une acidité citronnée que sur le gras. 13°

Les blancs

Les Pénitents 2007, Vin de Pays des Coteaux Charitois
De mémoire de ma visite, la second millésime de ce vin. Le 2006 avait été conduit sans malo; pour le 2007, elle n’a pas été retenue au risque délibéré de le rapprocher d’un style bourguignon. Un chardonnay perdu dans les sauvignons. Nez sur le bois, tendu. Belle attaque, rond en bouche. Belle tension acide. Un peu de verdeur en finale. 13°

Pouilly-Fumé Emmanuelle Mellot 2008, Pouilly-Fumé
Premier nez floral séduisant, mais à l’agitation vite sur la verdeur. Attaque sur la verdeur aussi, avant de passer aux agrumes. Finale correcte sans pointe acide. 13°

Moussière 2008, Sancerre
Plus de trente hectares sur un terroir magnifique exposé plein sud, véritable cadeau des générations passées, ses marnes dîtes de "Saint Doulchard" reposant sur le kimméridgien sont quasiment uniques en Sancerrois, ce qui leur confère un caractère proprement personnel.Le Sancerre blanc "La Moussière" classique regroupe jeunes et vieilles vignes.
Premier nez sur le bois. L’acidité monte à l’agitation. Moins sur la verdeur, plus sur le bois. Belle équilibre. Intéressant pour les amateurs de ce style de vin. 13°

Satellite 2008, Sancerre
Une sélection parcellaire de vieilles vignes situées sur Chavignol (aussi connu pour ses crottins de chêvre). Nez sur le bois mais bien fondu avec le fruit et l’acidité au nez. A l’agitation du fruit, plus flatteur. S’ouvre vite. Milieu de bouche plus marquée: donne l’impression de descendre en finale. Sur un poil de verdeur. 13°

Les Romains 2008, Sancerre
Terroir d’argiles à silex. Premier nez sur le fruit plus que la fleur ou le buis. Ouvert, presque fruit jaune à noyau. Le bois vient à l’agitation. Nez beaucoup moins âpre. En bouche, un peu décalé. Le côté flatteur du nez n’apparait pas à l’attaque. Plutôt bien. 13°

Génération XIX 2008, Sancerre
Expression de la nouvelle et XIXème génération Mellot. Un blanc, comme "Edmond", issu des plus vieilles vignes de La Moussière fermenté et élevé dans des cuves tronconiques de 900 litres. Exercice de style et saine compétition entre les deux cuvées. Sol : Marnes de Saint-Doulchard (caillottes). Sous-sol : Kimméridgiens supérieurs.
Premier nez fin. Du buis à l’agitation puis presque iodé. Toute la bouche sur la tension acide, agrumes domptés. Jolies notes finales. Assurément bon, gros potentiel de plaisir dans plus de cinq ans. 13°

Edmond 2007, Sancerre
Sol : Marnes de Saint-Doulchard (caillottes). Sous-sol : Kimméridgiens supérieurs.
Un nez bancal. Ressemble plus au Romains. Déjà un peu de douceur (plus de couleur). Attaque sur le buis, en décalage / nez. Puis le fruit sans l’acidité agressive. Bien, mais certainement effet millésime important (un an de plus et 2008 très minéral). 13°

Les rouges

Les Pénitents 2007, Vin de Pays des Coteaux Charitois
Odeur d’écurie au nez. Demande de l’agitation pour trouver le fruit. Reste sur la réduction. Souple en bouche. Heureusement du fruit. Un peu court et ne monte pas très haut. 13°

La Demoiselle 2007, Sancerre
Sol : formation argileuse à silex. Sous-sol : Crétacés supérieurs. C’est le 2006 qui est à la vente sur caveprivée.
Encore marqué par le bois. L’agitation révèle le pinot. Très typé Sancerre. Très mûr. Joli. 13°

En Grands Champs 2007, Sancerre
Sol : calcaires de Buzançais. Sous-sol : Kimméridgiens inférieurs
Paraît plus bourguignon. Plus sur la tension et moins de maturité = plus sur l’équilibre d’un bourgogne que sur la gourmandise. 13°

Génération XIX 2007, Sancerre
Sol : Marnes de Saint-Doulchard (caillottes). Sous-sol : Kimméridgiens supérieurs.
Premier nez sur le bois. Avec une touche épicée, un rien exotique. Même belle impression exotique en bouche. Décalé dans la gamme, mais intéressant comme pinot. Un peu dans le style des Grand Cru de Frédéric Magnien.