Ce soir Benjamin DL proposait une dégustation ludique en nous faisant déguster à l’aveugle (vins en carafe) 5 séries de vins, pas forcément à la vente sur caveprivée.

Dans les dégustations à l’aveugle du club d’oenologie que je fréquente, je connais le thème de la dégustation et les gouts des animateurs qui ont choisis les vins. Cette fois, aucun indice autre que ceux donnés par le nez et la bouche du dégustateur.
Donc de beaux plantages. Même si il n’y avait pas vraiment de pièges. Cela confirme que mes observations sur les vins écrites sur ce blog sont très personnelles et ne peuvent pas être qualifiées de critiques devant mon manque de connaissances sensorielles.

Les vins étaient dévoilés à l’issu de chaque série.

Série 1: les rosés

Château Puypezat Rosette, cuvée Espiègle 2007, Bergerac. 12,5°
Robe rose fluo type Mordorée. Nez réglisse, de la sucrosité, bonbon. Pas d’astringence. Pas un rosé de Loire, pas une Syrah ?

François Cotat, Sancerre rosé 2008, Loire. 13°
Couleur légèrement orangé. Nez de champagne rosé, typé pinot. Robe trouble, rétro sur animal. Manque de sucrosité pour Groleau de Loire. Pinot de Sancerre ?

Château d’Esclan, cuvée Esclan 2007, Côtes de Provence
Couleur champagne rosé, rose grisâtre. Nez très ouvert. En bouche un peu mou, sur le surcre, rosé du sud.

Série 2: les blancs – très fort: 3 chardonnay brouillent les pistes

Jacques Puffeney, Arbois, Chardonnay 2005, Jura
Nez intrigant, cépage indéterminé. Moins rond en bouche, plus sur l’alcool. Couleur et arôme pourraient faire penser à un savagnin ouillé, mais trop chaud.

Verget, Terre de Pierre, Meursault 2007, Bourgogne
Couleur sombre mais plus sur le jaune. Nez sur le bois, chardonnay. Attaque sur l’acidité, passe très vite. Devient lourd. Type Meursault ou chardonnay US.

Patz & Hall, Chardonnay, Napa Valley 2006, USA
Couleur moins sombre, jaune. Nez inconnu, fermé.

Série 3: rouges 1

GreatFall, Cabernet Sauvignon 2004, Chine
Rouge vif, légèrement orangé en frange. Nez évolué, légèrement alcool à brûler, écurie. Italie: robe + finale sur le fruit. Vieux Sangiovesse ?

Heinrich Zweigelt 2007, Autriche
Rouge carmin frais. En bouche sur la verdeur d’un cabernet franc sans les tanins en finales. Espagne tempranilo ?

Ojai, Syrah, Santa Barbara County 2002, USA
Robe opaque trouble. Tout d’une syrah australienne (dégustation récente caveprivée)

Série 3: rouge 2 – encore très fort: verticale de Tour de By

Château la Tour de By 2005, Médoc
Rouge vif. Nez sur café, torréfaction. Pas le corps d’un Cabernet Franc. Finale sur alcool. Manque de fruit et de sucrosité pour un merlot. Malbec ?

Château la Tour de By 2000, Médoc
Robe début d’évolution. Nez connu, Cabernet Franc de Loire? Pas assez marqué par l’élevage pour un Chinon de Joguet.

Château Cormeil Figeac 2000, Saint Emilion Grand Cru
Robe un peu évoluée. Bouche bien fondue. Pinot épicé. Charmes Chambertin ?

Château la Tour de By 1995, Médoc
Première bouteille très bouchonnée abandonnée. Deuxième encore sur le réduit (odeur tenace dans le verre de la première bouteille). Nez sur la verdeur. Cabernet Sauvignon mais pas de Bordeaux. Déjà gouté (effectivement bue il y avait moins de 12 mois !).

Série 5: rouge 3

Rosemout, Hill of Gold, Cabernet Sauvignon 1998, Australie
Cabernet Franc d’Australie, plutôt Genache du Rhône. Fort mais bon.

Peyre-Rose, Clos des Cistes 1996, Languedoc
Nez dérageant, un peu chien mouillé. Vin déjà bu (intrus dans une dégustation caveprivée Rhône nord)

Clos du Mont-Olivet, Châteauneuf du Pape 1994, Rhône
Nez retenu, typé vieux carignan, mais bouche fraîche.

René Barbier, Clos Mogador 1989, Espagne
Je n’avais pas assez recraché les vins précédents. Incapable d’analyser ce dernier.