L’Alsace est une région où j’ai beaucoup de difficultés à trouver des vins qui me plaisent. En effet, je n’ai aucun plaisir à boire des vins avec des taux de sucres importants. Seuls les Jurançon et quelques Chenins moelleux trouvent grâce à mon palais.

Les dégustations chez caveprivée m’ont permis de découvrir les Riesling autrichiens et allemands. Autant sur les salons de dégustation, j’évite soigneusement les stands alsaciens pour me concentrer sur les vins qui me plaisent, autant ce soir, je souhaitais me donner une chance de changer d’avis sur les plus orientaux des blancs français.

Que des blancs ce soir. Malheureusement, je pense que je n’étais pas en grande forme de dégustation. Beaucoup de commentaires de mes voisins sur le perlant résiduel de certains vins que je n’ai pas senti autant, alors que j’y suis particulièrement sensible d’habitude.

André Ostertag, Pinot blanc, barriques 2007, Alsace AOC
Nez discret, demande de l’agitation pour s’ouvrir sur les fruits jaunes. Bien en bouche, attaque légère. Amertume qui se retrouve en toute finale. Beau corps, même beau fruit qu’au nez. Intéressant. 12°

Albert Boxler, Pinot gris 2008, Alsace AOC
Nez tout de suite sur maturité du raisin. Note d’amer à l’agitation, moins séduisant. Belle attaque. Corps sur l’acidité qui tend le fruit. Finale un peu courte. 13,5°

Albert Boxler, Gewurztraminer 2008, Alsace AOC
Nez typé Gewurzt, doux mais pas exubérant. En bouche, correct. Finale bien mais pas de rétro.

Colette, Catherine et Laurence Faller, Weinbach, Gewurztraminer Clos des Capucins Réserve 2007, Alsace AOC
Nez pétrolé, un peu d’argenterie. Sur la registre des Gewurtz que je n’aime pas. Assez sec en finale. 14°

Jean-Christophe Bott, Bott-Geyl, Gewurztraminer Furstentum 2008, Alsace Grand Cru AOC
Nez déconcertant, peu de fruit, plutôt plâtre ! Plus intéressant en bouche mais reste retenu. Manque d’acidité pour durer ou réveiller les papilles. 13,5°

André Ostertag, Riesling Vignoble d’E 2007, Alsace AOC
Nez sur vernis, discret. Pas très agréable. Servi un peu trop frais. Sur l’acidité des agrumes. Pas d’agressivité. En bouche, mieux qu’au nez. Profite au réchauffement en fin de bouche. Peu séduisant même si plus reposant qu’un Gewurt. 12°

Albert Boxler, Riesling Sommerberg JV 2008, Alsace Grand Cru AOC
JV = Jeunes Vignes (jeu de mot avec “J’y Vais” ??) Nez discret mais droit. Un peu de perlant. Attaque sur l’acidité mordante, moins de fruit. Pas agréable aujourd’hui. 13,5°

André Ostertag, Riesling Fronholz 2007, Alsace AOC
Joli nez, un peu de fruit. Attaque en bouche sur amertume, très tendue. Sur la minéralité, pas encore patiné. 13°

André Ostertag, Riesling Muenchberg 2007, Alsace Grand Cru AOC
Nez un peu moins fermé: on pourrait reconnaitre le riesling. Bouche plus équilibrée, même minéralité, avec plus de fruit. Belle finale un peu saline. Intéressant. 13,5°

Marcel Deiss, Premier Cru Engelgarten 2007, Alsace AOC
Cépages complantés Riesling, Pinots noir, gris (beurot) et blanc. Nez métallique, pas très agréable. Un peu d’ampleur en bouche, plus chaud. Moins de tension, finale plus courte. Très différents des autres 2007 de ce soir. 12°

Marcel Deiss, Rotenberg 2007, Alsace AOC
Cépages complantés Riesling et Pinot gris. Nez discret, plus minéral. Jolie bouche dès l’attaque. Pas d’acidité, pas d’amertume. Tendu mais pas pointu. Bien. 12°

Marcel Deiss, Altenberg de Bergheim 2006, Alsace Grand Cru AOC
Nez sucré, pâte de fruit de coing. Attaque correcte. Un peu de faiblesse en milieu de bouche. Finale manque un peu d’acidité. Typiquement le genre de vins que je ne sais pas déguster. 12,5°

Albert Boxler, Riesling Sommerberg “D” Vieilles Vignes Vendanges Tardives 2005, Alsace Grand Cru AOC
Joli nez presque aussi agréable qu’un Jurançon, mais manque un peu de vivacité. bouche sur un joli fruit. Attaque un peu sur la peau d’agrume. Tension tient le vin jusqu’à la finale. Bien. 13°

Albert Boxler, Gewurtztraminer Brand Vendanges Tardives 2007, Alsace Grand Cru AOC
Nez typique sur la lourdeur du Gewurtz. Mieux en bouche qu’au nez. Un rien pâteux. Certainement à laisser aux amateurs de Gewurtz.