Quelques jours après avoir arpenté les stands du marché de la Paulée des vins de Loire de Chartres, je me retrouvais dans le rez de jardin de la salle de dégustation de cave privée en présence de mes collègues d’un soir et de Clément Pinard pour ma première approche des Pinot et Sauvignon du domaine.

Les Rouges

Servis pertinemment avant les blancs pour ne pas être assassiné par les tanins après le fruit du sauvignon.

Sancerre rouge 2008
Nez épicé, sur le fût. Bouche attaque sur l’acidité. Se fond avec l’arrivée des tanins. Fruité et chaleur.

Sancerre rouge Charlouise 2008
Joli couleur fraiche et éclatante. Nez sur le grillé du fût, écrasant. Un peu de fruit à l’agitation. Tanins très marqués, viennent avant l’acidité. Finale sur la sécheresse du fût pas encore intégré. Moins gourmand, paraît moins mûr.

Sancerre rouge Vendanges Entières 2008
Nez différent, moins de fût, plus de fruit (moins d’épices). Plus parlant: du plaisir au nez. Attaque des tanins massive et brutale en bouche, touches de grillé. Pas la gourmandise du nez. A attendre, au risque de perdre le fruité du nez.

Sancerre rouge Charlouise 2004
Couleur début d’évolution par rapport à l’éclat des 2008. Nez encore marqué par le grillé. Attaque sur verdeur, astringence. Puis la tension plus agréable avec un fruité discret. Finale sur une pointe d’amertume gênante.

Sancerre rouge Charlouise 2005
Couleur foncée. Toujours robe très nette et vive. Au nez, élevage sur fût d’un bourgogne moins fût grillé que les précédents, plus subtil dans le style Magnien. En bouche, plus d’acidité qu’un Côte de Nuits, un fruité plus claquant. Un peu de tension en finale mais pas expressif. A attendre pour trouver une unité.

Les Blancs

Sancerre Florès 2008
100% cuve. Tout premier nez très floral, séduisant. A l’agitation du buis (mais pas le pipi de chat). Attaque moins marquée que le nez. Milieu sur le côté terreux du Sauvignon. Finale amère, un peu de sécheresse. Tenu par la minéralité.

Sancerre Nuance 2008
Premier nez chaleureux. Fruits blancs plus que fleur/minéralité. Le sauvignon vient à l’agitation. Ouvert mais pas la gourmandise d’un sauvignon. En bouche, parle beaucoup plus. Pamplemousse, noyaux. Très séduisant. Doit être superbe sur une volaille à la crème ou un poisson à l’anis. Vin de gastronomie.

Sancerre Harmonie 2008
Premier nez séduisant, mais passe hélas très vite à l’agitation (buis). Prend son temps pour s’ouvrir dans le verre. Construit sur l’acidité, sans amertume. Très tendu, élevage fondu. Très prometteur quand l’acidité sera disciplinée.

Sancerre Petit Chemarin 2008
Nez sur la craie ! Du mal à s’en démarquer. Sur la tension acide mais moins tranchant. En bouche plus complexe que le nez. Plus court d’Harmonie.

Sancerre Chêne Marchand 2008
Nez lourd: réglisse, zan. Retour du buis. Corps massif, avec un fil d’acidité. Un peu d’amertume en finale masquée par la chaleur.

Sancerre Harmonie 2002
Robe la plus transparente. Nez: essence de Zippo (pour les nostalgiques). Nez ne passe pas vraiment à la forte agitation. Evolue sur le goudron. En bouche, joli fondu. Un peu d’amertume d’agrumes avec la puissance du corps. Nez pas à mon gout, mais intéressant en bouche.

Sancerre Harmonie 1996
Couleur jaune foncé. Dès le premier nez, une superbe complexité sur des registres nouveaux (douceur du champignon). Raffiné, séduisant. Un peu de litchi. En fin de nez, encore un peu d’élevage. En bouche, mauvaise surprise: amertume monte un peu en milieu de bouche avec de la matière. Mais pas aussi complexe que le nez. Dommage.