Je cultive mon gout pour le jus de Gamay. Ce cépage manque de reconnaissance, notamment quand certains vignerons de Beaujolais sont fiers de lui donner une typicité dans l’un des dix crus de la région.

Beaujolais_Morgon_CôteDePy(Le Mont de la Côte de Py du cru Morgon)

Je profitais de l’élevage plus court de ces vins pour continuer mes premières dégustations des 2009 (après les Touraine la semaine dernière).

Les Chénas et Moulin à Vent d’Hubert Lapierre

Reçu par Denise Lapierre comme à l’accoutumée, elle me confirme ce que relatait les différents guides œnologiques: Hubert Lapierre cesse progressivement son activité. Il devrait continuer encore 4 ou 5 ans, en se séparant progressivement des vignes en commençant par celles qu’il exploitait en fermage principalement sur Moulin à Vent. Heureusement, il est propriétaire des parcelles de Vieilles Vignes.

Moulin à Vent 2008
Nez ouvert, léger mais bien. En bouche léger tanin. Belle matière, même fruit qu’au nez. A attendre un peu.

Moulin à Vent Vieilles Vignes 2008
Nez ouvert, vraiment plus complexe. En bouche, un peu plus d’acidité et de tanins (astringence) mais sert à supporter plus de fruits. Impression plus sérieuse mais un plus grand potentiel de gourmandise, en attendant un ou deux ans.

Moulin à Vent 2007
Nez ouvert, plus évolué (fruits plus noirs que rouges), plus charpenté. En bouche, belle fluidité, acidité bien, pas de tanins.

Chénas 2009
Bouche sur le fruit croquant (différent des Moulin à Vent juste dégustés). En bouche, encore jeune. Des tanins présents. Déjà du potentiel pour qui voudra le laisser attendre un peu.

Chénas Vieilles Vignes 2009
Bouche un peu moins croquante, mais sur un registre séduisant, moins tannique. Plus de matière donne plus de longueur. Bien, à attendre aussi.

Moulin à Vent 2009
Beau nez frais (fruits rouges: fraise et groseille), séduisant. En bouche, fluide, tanins domptés. Belle longueur. Déjà flatteur dans sa jeunesse pour un Moulin à Vent.

Moulin à Vent Vieilles Vignes 2009
Même nez, encore plus marqué (fraise). En bouche, un peu plus de tanins. Plus belle longueur. A attendre un peu. Tout aussi bien, à boire une fois épuisé le Moulin à Vent tradition.

2009 semble effectivement une grande année, marqué par un nivellement par le haut entre les crus et les cuvées. Il y a ainsi moins de différence dans leur jeunesse entre les cuvées traditions et Vieilles Vignes.

Les Morgon de Dominique Piron

En prenant rendez-vous, Dominique Piron m’avait prévenu qu’il serait à Winexpo à Hong-Kong et ne pourrait pas me recevoir. Pendant qu’il détournait les clients asiatiques du Beaujolais nouveau pour les convertir aux crus, une de ses employés me faisait gouter gentiment et à brûle-pourpoint les cuvées que je souhaitais acheter.

Régnié, Domaine de la Chanaise 2009
Nez fraise des bois, à l’agitation, un peu terreux. Bouche bien, sur le fruit. Un rien alcooleux. Un peu court (la sensation d’alcool écourte la finale).

Morgon, Domaine de la Chanaise 2009
Nez différent (moins fruit, plus minéral, pas terreux). Bouche fluide aussi. Plus de longueur, moins d’alcool. Plus de fruit en bouche qu’au nez.

Morgon, Côte de Py, Dominique Piron 2008
Nez encore très différent. Joli parfum raffiné (silex, floral). Peut déranger par sa différence. En bouche, pinote. Douceur des tanins. Un peu de vanille (fûts ?). Belle longueur.

Chénas, "Quartz", Domaine Piron-Lameloise 2007
Bizarrement, nez sur registre Côte de Py (minéralité) avec plus de fruit/fleur. Les tanins sont plus fondus (un an de plus). Un peu moins de matière, mais belle acidité.

Moulin à Vent, Domaine Piron-Lameloise 2008
Retour du nez typique Gamay en Moulin à Vent: raffiné (cf. le Moulin à Vent 2008 de Hubert Lapierre). Même acidité que chez Hubert Lapierre. Peut-être plus ouvert, plus de fruit en bouche. Un peu de tanins.