C’est la rentrée:, de retour de vacances dans les locaux parisiens de caveprivée.com
Et il fallait être en forme pour cette confrontation horizontale avec les molosses de Chateauneuf du Pape dans leur millésime 2007.
La météo nous accordait heureusement un peu de fraicheur et les vins avaient tous été carrafés au moins deux heures avant.
image

Heureusement, parce-que de l’aveu de Charles qui avait procédé à leur ouverture, beaucoup auraient eu du mal à sortir de la bouteille.

Les informations en italique sont de Charles, notre hôte de la soirée avec Benjamin.

Châteauneuf du Pape, Domaine Jérôme Gradassi 2007
3,5ha, Grenache 85%, élevage en fûts. Domaine pas encore référencé par caveprivée. 14,5°
Premier nez sur sucrosité du grenache. Plutôt envahissant (avec des vapeurs d’alcool). Le fruit est contenu, les tanins souples. Reste alcooleux. La finale est correcte.

Châteauneuf du Pape, Domaine de la Solitude, Pierre Lançon, Cuvée Barberini 2007
Terroir de galets roulés, Grenache 60%, Syrah 30% et Mourvèdre 10%; Grenache élevé en cuve, Syrah et Mourvèdre en barriques pendant 16 mois. 15°
Couleur épaisse. Premier nez très fût. Un peu de fumé. De la puissance. En bouche, jolies griottes. Rapidement sur puissance des épices (thym). De la matière mais reste soyeux. Du corps pour faire passer l’alcool. Bien.

Châteauneuf du Pape, Domaine Marie et François Giraud, Tradition 2007
Grenache 60%, Syrah 35% et Mourvèdre 5%; élevage 18 mois en cuves béton, émail et inox. 15°
nez moins ouvert, pas sur le fût. Le fruit plus sur le devant. Un peu plus pointu. Tanins plus perceptibles, un peu secs. Plus construit sur l’acidité pour faire ressortir le fruit. Moins de puissance, moins à mon goût.

Châteauneuf du Pape, Domaine Marie et François Giraud, les Grenaches de Pierre 2007
Terroir de sables; 100% Grenache; élevage 18 mois en cuves béton, émail et inox. 15°
Nez ouvert, fruité, pas sur le côté alcooleux/sucré du certains grenache. Corps à l’avenant. Fluide quoique un peu de tanins. Puissance en retenue. Beau grenache. Bien.

Châteauneuf du Pape, Raymond Usseglio et fils, 2007
Terroir de galets roulés et sables; 80% Grenache, 10% Mourvèdre et 10% autres; élevage 12 mois en cuves (60%), foudres (30%) et fûts (10%). 14,5°
Nez différent, plus fruits noirs et grillé. Tanins à l’attaque, assèchent un peu la bouche, surtout en finale. Plus fermé en bouche.

Côtes du Rhône Villages Rasteau, Jérôme Bressy, Gourt de Mautens 2007
L’intrus de la soirée venu en voisin. Vieilles vignes; 70% Grenache, 30% Carignan, Mourvèdre, Syrah, Counoise; élevage 12 à 18 mois en foudres et demi-muids. 14°
Nez encore différent (ayant vu la provenance, je le rapproche facilement des Argiles Bleues de Beaurenard). Un peu de verdeur de la rafle. Nez bonbon. En bouche, pas le même fruit. La verdeur se retrouve dans la structure. De la puissance.

Châteauneuf du Pape, Domaine de la Bastide Saint-Dominique 2007
Terroir d’argiles et de galets roulés; 80% Grenache, Syrah 10%, Mourvèdre 10% et Cinsault 5%; élevage 18 mois en cuves. 15°
Nez de vin muté, un peu alcool à bruler; Profite un peu de l’aération mais reste gênant. Bouche souple, finale un peu sèche. Impression de cuisson revient sur la fin. Pas du tout à mon gout.

Châteauneuf du Pape, Domaine de la Charbonnière, Michel Marret, Cuvée Mourre des Perdrix 2007
Terroir argilo-sableux et galets; Vieilles vignes, 70% Grenache, 15% Syrah, 15% Mourvèdre; élevage 12 à 18 mois en cuves et fûts. 15°
Retour du nez fruité mais marqué par le fût. Sur la structure tannique. Des courants d’air de fraicheur. Plus sur la droiture que le la largeur. Bien, à mon gout.

Châteauneuf du Pape, Perrin et Fils, Les Sinards 2007
Terroir de galets roulés; Jeunes vignes de Beaucastel; 70% Grenache, 15% Syrah, 15% Mourvèdre; élevage 12 mois en foudres. 14,5°
Nez fruité, simple mais enjoué. Vineux. Finale légèrement sèche mais pas gênant, plutôt courte.

Châteauneuf du Pape, Domaine Saint-Préfert, Isabel Ferrando 2007
Terroir de galets roulés; 70% Grenache, puis Mourvèdre, Syrah et Cinsault; élevage de 12 mois, 50% cuves bétons et 50% demi-muids. 15,5°
Nez étonnant. Fruits noirs et épices. Bouche pruneau, figue, un peu plus de fruits cuits. Finale plus douce et sans d’agressivité de l’alcool.

Châteauneuf du Pape, Diffonty, Cuvée du Vatican 2007
Terroir argilo-calcaire et galets roulés; 70% Grenache, 20% Syrah, 8% Mourvèdre; élevage de 12 mois moitié en foudres et vieux fûts. 15°
La puissance. Encore mal fondu rien qu’au nez: décalage entre le fût et le fruit heureusement réveillé par l’acidité. Plus arrondi en bouche. La puissance est bien là. Belle finale. Bien, dans son style (à recommander à mon collègue Hakim).

Châteauneuf du Pape, Domaine du Caillou, Sylvie Pouizin-Vacheron, Les Quartz 2007
Terroir de galets roulés; Vieilles vignes de Grenache et de Syrah; élevage des grenaches 12 mois en cuves puis 6 mois en foudres, les syrah 18 mois en fûts d’un vin. 14,5°
Nez fruits cuits, cuir. Moins éclatant. Bouche sur la puissance massive. Bande annonce séduisante mais reste très carré.

Châteauneuf du Pape, Domaine de la Vieille Julienne 2007
Vieilles vignes de 70 ans; 70% Grenache, 10% Syrah et 20% Mourvèdre; élevage d’un an en foudres. 15,5°
Nez dans le registre d’un Châteauneuf du Pape, typé grenache, légèrement animal. Un peu de tanins sur le devant. Belle persistance. Intéressant mais pas le style que j’aime.

Châteauneuf du Pape, Domaine de la Janasse, Aimé Sabon 2007
80% Grenache, 10% Syrah et 10% Mourvèdre; élevage du grenache en foudres, des syrah et mourvèdre en barriques pendant 16 mois. 15,5°
Nez sur le fût. Un peu de réduction. De la puissance, avec un joli grain. Bel équilibre sur l’acidité, amplifie la longueur. Belle rétro sur le fruit. Bien.

Châteauneuf du Pape, Clos des Papes, Paul Avril 2007
Bouteille ramenée par un dégustateur pour partager avec nous un heureux évènement familial. Du coup, n’a pas été carrafé comme les autres. 15,2°
Nez alcool à brûler. Mieux en bouche, le fruit est là. Pas sur la puissance mais sur la droiture.

 

Au delà des vins qui m’ont plus ou moins plu, que retenir de cette dégustation.

  • Pour des vins titrant entre 14,5 et 15,5°, je les ai trouvés plus légers que les dégustations aussi alcolisées faites dans les mêmes locaux en compagnie de californiens ou d’australiens.
  • Il m’a semblé pouvoir reconnaitre les vins de sols sableux, les élevages sous bois ou les purs grenaches. Mais c’est toujours facile à dire en le sachant avant. Toujours est-il qu’il y a une vrai diversité de styles. Prendre au hasard un Châteauneuf du Pape 2007 n’est pas un gage de plaisir. Les notes superlatives des critiques dans ce millésime ne sont pas un clé d’entrée, du moins pour trouver un vin à mon gout.