Deux petites demi-journée passées dans les sous-sols du Louvre.
Plus calme que les années précédentes, mais plutôt avant 18h00 vendredi et 15h00 samedi. Après c'est un peu plus compliqué pour avoir le temps de discuter avec certains vignerons pris d'assaut.
Samedi heureusement j'avais ramené mon verre parce-que la queue devant le vestiaire et le retrait du verre après 14h00 m'aurait certainement découragé.
Toujours le livret de dégustation super utile, avec la liste des vins proposés à la dégustation sur chaque stand: très pratique dans mon cas où je ne connais pas les domaines et veux surtout découvrir des appellations ou des régions.

Quelques domaines dont les vins m'ont marqués, dans l'ordre du carnet de dégustation.
(Je ne cite pas ceux qui m'ont déçus: je suis un dégustateur trop influençable par l'environnement et par la fatigue pour laisser trainer sur internet mes avis défavorables sur un vin)

Bourgogne

Bret Brothers
Client du domaine, je n'ai pas l'occasion tous les ans de passer les voir pour gouter la gamme. Je profite du salon pour me faire une opinion. Les 2008 sont beaux, j'ai eu un faible pour le Pouilly-Loché Les Mûres 2008
Viré-Clessé, Sous Les Plantes 2008: nez mielleux, bouche tendue par l'acidité.
Pouilly-Loché, Les Mûres 2008: Bien plus minéral, finit bien. Joli.
Pouilly-Fuissé, En Carementrant 2008: Nez discret, légers agrumes. Même acidité en bouche. Élevage plus marqué. Finale bien.
Macon-Uchizy, La Martine 2009: Nez miel et anis. En bouche plus chaleureux.
Pouilly-Vinzelles 2009: Plus vieilles vignes de Les Quarts, chaleur mais plus minéral. Joli grain. Fondu.
Pouilly-Vinzelles, Les Quarts 2007: Nez fermé, un peu de verdeur. Assoupli par l'acidité et un peu d'amertume en finale.

Château de Fuissé
Les Pouilly-Fuissé sont ici plus chauds et un élevage plus marqué que chez les Bret. J'ai préfère les Combettes 2008 pour sa finesse.
Pouilly-Fuissé Tête de Cru, 2008: Nez fermé, un peu d'élevage. Manque un peu de matière, sur la chaleur (et un poil d'amertume).
Pouill-Fuissé, Vieilles Vignes 2008: Joli nez ouvert, En bouche, du gras. Finale encore un peu sur le fût.
Pouilly-Fuissé, Le Clos 2008: assemblage d'une grande parcelle au sol très différent entre le bas argileux et le haut calcaire, Nez ouvert, en bouche la chaleur et l'élevage.
Pouilly-Fuissé, Les Brûlés 2008: Nez aussi sur la chaleur. En bouche, plus monolithique. Pas autant de chaleur et aucune sécheresse. Pointe iodée sapide.

Domaine Jessiaume
Le COUP de CŒUR de ce salon et la découverte en Bourgogne de l'année (puisque c'est la période des bilans). Tout se goute bien dans les deux couleurs avec une belle emprunte des terroirs.
Santenay, Premier Cru Gravières 2008: Nez discret, pointu. Bouche bel équilibre minéral (silex) et fruit. Finale bien, un peu sur le fût.
Meursault, Premier Cru Charmes 2008: Nez retenu, bien, pas sur élevage. Bouche en rondeur avec un beurre discret et léger. Bien.
Corton-Charlemagne Grand Cru 2008: Nez discret, plutôt sur le fût. En bouche, grosse matière. Fût superbement intégré. Moins beurré, plus nuances floral, acacia.
Santenay Clos Genêt 2008. Nez typique, marqué (quel arôme ?). Dommage, manque un peu de matière. Fût bien assimilé sans trop de sécheresse.
Morey Saint Denis Les Herbuottes 2008: Nez Côtes de Nuits (plus lourd, fruits noirs, cassis). Un peu de sécheresse, mais disparait en finale.
Auxey-Duresses Premier Cru Les Ecusseaux 2008: Nez épicé. Belle matière gourmande. Vraiment joli.
Santenay Premier Cru Gravières 2008: Nez fermé, plus sérieux. Belle structure, à attendre. Bien.
Charmes-Chambertin Grand Cru 2008: Nez puissant, baies, genièvre. Bouche large et longue, sans sécheresse marquée.
Chambertin Grand Cru 2008: Nez sur grillé du fût (pas gênant). Bouche un peu séchante (toujours pas gênant). Long.

Henri de Villamont
Je n'ai gouté que les blancs et mettrais en avant l'Auxey-Durresses Les Hautes 2007. Les élevages sous bois sont marqués mais fondu.
Meursault Premier Cru Les Caillerets 2007: Nez chaleureux, sur le fruit. La trame acide met en valeur le fruit. Pas de sécheresse.
Auxey-Duresses Les Hautes 2007: Nez sur le fût, avec de la gourmandise. Belle tension acide équilibre. Un poil beurré. Bien.
Chassagne-Montrachet 2008: Toujours ce nez plus floral que fruité. Bouche sur élevage, sans sécheresse, bien fondu.

Jean-Marc Brocard
Très influencé par la bonne humeur communicative des jeunes femmes du stand, j'ai pris moins de notes. Néanmoins, j'ai remarqué le Chablis Premier Cru Vau de Rey qui même en 2009 exprime la tension minérale que j'aime dans cette région
Chablis domaine de la Boissonneuse 2008: Tendu, droit; sur le fruit. Acidité gommée.
Chablis, les Vieilles Vignes de Sainte Claire 2009: Chaud. Miinéralité seulement sur la finale.
Chablis Premier Cru Vau de Vey 2009: Nez minéral, fumé. Bouche sur la tension. Bien.
Chablis Premier Cru Vaulorent 2008: Bouche sur la même tension, plus crayeux.
Chablis Grand Cru Bourgeos 2008: Fermé en finale, mais de la matière.
Chablis Grand Cru Val Mur 2008: bien ouvert, mais moins classieux.

Olivier Leflaive Frères
Les vins présentés étaient de caractères très différents. Le Saint-Aubin blanc Premier Cru Charmois 2008 était plus à mon goût.
Auxey-Duresses 2008: Nez noisette. Bouche tendue, sur la finesse. Manque un peu de matière.
Saint-Aubin Premier Cru Charmois 2008: Nez sur le fût. Plus de matière. Sur le fil de l'acidité et de l'acidité. Grand St Aubin.
Puligny-Montrachet 2008: Nez fermé, plus floral. Belle bouche. Acidité fondu des agrumes mûrs sans amertume. Plus sérieux.
Chassagne-Montrachet Premier Cru Les Vergers 2008: Nez sur le fût, métallique/fer, passe à l'agitation. Bouche sur la corde. Reste un peu métallique. Plus exubérant, semble plus court.
Pommard Premier Cru Epenots 2006: Belles épices. Un peu de sécheresse. Passe bien après  l'acidité des blancs.

Vignerons de Buxy
Les Montagny Premier Cru sont des blancs qui n'ont pas encore l'étoffe des Rully Premier Cru que je connais. Mais les tarifs sont doux et rendent abordables l'expression des terroirs mis en avant dans les Premier Cru d'une appellation bourguignonne. J'ai eu un faible pour la côté crayeux du Montcuchot 2008.
Rully Plantenay 2008: joli nez, bouche souple.
Montagny Premier Cru Buissonnier 2008: Sur la tension. Bien, surtout pour le prix.
Montagny Premier Cru Les Coères 2008: Plus minéral, toujours belle tension.
Montagny Premier Cru Montcuchot 2008: Plus crayeux. En finale, plus rond.
Montagny Premier Cru Les Chaniots 2008: Nez chaud et bien fruité. Bien. Un peu déséquilibré par la chaleur.

Champagne

Janisson Baradon
Je confirme ce que j'ai pu lire sur lui sur un forum: Cyril est bavard. Un des atouts de ce salon de laisser l'occasion au vigneron de s'exprimer. Des cuvées ici bien distinctes. J'ai préféré le Non Dosé qui met en valeur la vinosité du Pinot.
Champagne non dosé: moitié pinot, moitié chardonnay, assemblage 2004 et 2005. Marqué par le pinot, bien.
Champagne extra brut: moitié pinot, moitié chardonnay, assemblage 2006 et 2007. Plus simple.
Champagne Tue Bœuf 2005: pinot noir d'Epernay, non dosé. Vineux, joli. Vin de repas, un peu de fruit rouge.

Louis Roederer
Le Brut rosé 2006 a beaucoup de classe (il m'a rappelé un De Souza Caudalie rosé millésimé qui m'avait converti à l'intérêt des Champagnes rosé). Le Cristal 2004 est une friandise: tout simplement bon. (Mais cela fait cher le bonbon).

Languedoc

Domaines Paul Mas
Large gamme à la dégustation. Des vins bien positionnés en tarif et réguliers en qualité. Je mettrais en avant le "simple" blanc Arrongant Frog 2009 assemblage séduisant de Chardonnay et de Viognier. Il annonce un repas joyeux entre amis
Coteaux de Bessilles, Mas de Tannes, 2009: Grenache blanc. Nez fermé après l'exubérance de l'Arrogant. Du gras. Gastronomique. Beau fruit. Bien.
Limoux d'A 2009: Chardonnay. toujours belle trame sans amertume. Fût bien intégré. Intéressant mais moins original.
Vin de Pays d'Oc, Arrogant Frog 2009: Cabernet Sauvignon et Mourvédre. Un peu de verdeur du cabernet. Mieux en bouche. vin de bistrot, sympa.
Côteaux du Languedoc, Château Paul Mas, Clos des Mûres 2009: Syrah et Grenache. Chaleur du Grenache. Belle acidité en bouche ne gomme pas complétement la sécheresse de l'élevage. Grillé marqué.
Côteaux du Languedoc, Oenothera 2008: Syrah et Grenache. Nez cassis (fruit). Bouche idem. Un peu sec en finale.
Claude Val 2009: assemblage de 6 cépages. Sur le fraicheur. Un peu de gaz. Désaltérant.
Paul Mas Estate, Malbec 2009: La verdeur du Malbec. Un peu de fruit rouge (fraise). Doux. Un peu sec en finale.
Coteaux de Bessilles, Mas de Tannes, 2009: Grenache, Cabernet Sauvignon et Mourvèdre. Intéressant. De la matière, moins de sécheresse.

Prieuré de Saint-Jean de Bédian
Si "élégance" est parfois un mot creux pour décrire les vins, le 2007 lui donne ici une définition assez précise à mon sens. Et ce n'est pas la première fois: chaque année, je regrette de ne pas en laisser vieillir dans ma cave.

Vallée du Rhône

Domaine de la Mordorée
Un domaine (les vignerons autant que les vins) avec lequel a débuté ma passion des vins. Je ne cherche même pas à prétendre que je suis objectif avec les vins des Frères Delorme. Les Châteauneuf du Pape sont trop jeunes pour que j'en saisisse le potentiel, autant penser au plaisir du futur Tavel Reine des Bois 2010.

Domaine Gourt de Mautens
Des prix de Châteauneuf du Pape. Mais une fraicheur de Grenache impressionnante. Le Rasteau 2006 montre tout le talent du vigneron.

Ferraton
Mon coup de cœur de l'année dernière avec leurs (H)ermitage 2007. Cette fois, je suis encore plus confiant dans l'urgence de réserver les Cornas 2009.