image

J’avais déjà retenu ma soirée pour répondre à l’invitation de Bourgogne Aujourd’hui d’aller à la rencontre des vignerons présents sur leur salon parisien. L’occasion était intéressante de consacrer toute la journée aux vins grâce à l’invitation de Bettane et Dessauve d’assister à une manifestation dont je n’avais encore jamais entendu parler, Paris de Chefs.

Me voilà donc candide découvrant cet évènement tout en m’étant consciencieusement inscrit au préalable à trois ateliers d’œnologie.

En ce lundi matin, accueil efficace et très classieux. Peu de monde me retarder avec de trouver la salle, mais j’arrive quand même en retard pour le premier atelier sur les vins du Languedoc sponsorisé par Bettane et Dessauve et animé par leur dégustateur attitré de la région.
Beaux verres de dégustation (3 par personne, ça tombe bien il y a 3 vins à déguster). Une installation style comptoir de bar, mais avec l’ambiance de la cuisine à proximité avec deux ateliers “cuisine” dans la même salle qui perturbent complètement l’ambiance sonore et olfactive. Difficile d’entendre notre animateur et de sentir autre-chose que les délicieux effluves des plats en train de se préparer à nos côtés.


Atelier Languedoc par Bettane et Dessauve

Après une bref présentation de la région, l’animateur nous confie que c’est une gageüre de se faire une idée de ses vins avec seulement 3 bouteilles, là où une centaine permettrait de montrer la diversité des styles et des appellations.
Les trois vins choisis étaient sympathiques. Personnellement, ils confirment que je suis dans un phase “mourvèdre”: depuis quelques mois, j’ai tendance à préférer les vins où ce cépage s’exprime.

Languedoc, Château de Cazeneuve, Carline rouge 2010, AOC Pic Saint Loup
Ce vin a été choisi pour présenter les conditions un peu plus tempérées de cette AOC (un peu plus d’eau et un peu moins de chaleur que dans la plaine). Assemblage de Grenache, Syrah et Cinsault. Nouvelle cuvée prise en main par Quentin Leenhardt. Nez sur la tension, précis et fin. La bouche est sur une fraicheur mentholée. De la longueur mise en évidence par l’absence de lourdeur.

Languedoc, Château Saint Martin de la Guarrigue, Grès de Montpellier 2009, AOC Coteau du Languedoc.
Juste au dessus de l’étang de Thau. Le mourvèdre semble se plaire ici. Vieilles vignes de Mourvèdre majoritaire, complété de Syrah et de Grenache. Le nez est moins sur les fruits frais, plus sur les épices de la garrigue et un peu d’arômes de viandée font penser au registre des Bandol. L’objectif est ici de présenter un vin de texture.

Languedoc, Domaine La Grange Léon, L’audacieux 2010, AOC Saint-Chinian.
Ce vin doit sa présence dans le guide B&D à l’audace de Joël Fernandez qui est venu faire gouter les vins de son domaine en dehors de ceux choisis. Je connais un peu les vins de Saint Chinian pour en avoir dégusté un petit échantillon pour préparer une séance d’un club. Ici L’audacieux est sur les schistes du nord sur le village de Berlou mais ne revendique pas l’appellation communale Saint-Chinian Berlou. Dominante de Carignan, complété de Syrah et de Grenache. Sur le fruit, presque floral avec la fraicheur.


Atelier Biodynamie dans le Monde par Vins du Monde

Le responsable commercial de Vins du Monde, filiale de Lavinia, nous présentait les vins issus de la biodynamie importés par sa société, avec l’aide technique de Álvaro Yáñez (?) de la bodega chilienne Monsecano. Déjà rencontré à la dégustation parisienne de Vins du Monde. Là encore, trop de bruit dans la salle pour entendre la moindre explication donnée sur les vins.

Deux blancs et quatre rouges dégustés. J'ai pris des notes comme pour les autres atelirs, la preuve en image par l'Actu du Vin:

Espagne, Rueda, Sitios de Bodega, Richard Sanz, Menade 2010.
Cépage Verdejo, qui éveille mon intérêt depuis ma visite en Galice. Ici, la verdeur rafraichissante de ce cépage se retrouve facilement. L’amertume est domptée. Simple mais joli représentant.

Australie, Barossa, Eden Valley, Maverick, Trial Hill vineyard, Riesling 2009.
Très minéral (on sentirait presque la craie). En bouche plus souple (glycérol ? plus que alcool). L’impression de calcaire revient en finale. Pas vraiment sur les agrumes.

Nouvelle Zélande, Michael Seresin, Momo Pinot Noir 2008.
Vin déjà gouté à Paris en octobre dernier. Trahissait alors sa naissance biodynamique. Mais pas aujourd’hui. Couleur déjà évolué, même pour un pinot de 3 ans. Nez plutôt bourguignon, sans la lourdeur nord-américaine. Un peu de sucrosité tout de même, mais équilibré par un peu d’amertume. Pas d’impression de tanins.

Chili, Vallee de Cassablanca, Montsecano, Refugio 2010.
Cépage Pinot Noir. Déjà gouté aussi en octobre. La couleur est vive, presque d’une Syrah. Au nez un peu de réduction, mais du fruit. Semble moins long. Pas à mon gout.

Italie, Rosso Toscano IGT, Colombaia, 2008.
Cépage Sangiovese majoritaire. Nez d’écurie typique, puis un peu floral (muguet, iris). Pas très intéressant à mon gout, trop naturel. En finale, amertume et tannins.

Australie, Beechworth, Castagna, Le Sauvage 2007.
Je garde un souvenir émouvant de ma première rencontre avec Julien Castagna. J’avais déjà gouté ce vin et les autres font de suite penser que Julien aime les cépages italiens. Ici presque que du Sangiovese, avec un peu de Syrah et de Viognier. Au nez un poil de vernis. Toujours une impression de renfermé avant de bien agiter le verre. Moins de fruit en bouche. Dominé par des notes de fumée.


Atelier Expression des grands Cépages dans le monde par Lavinia. Chardonnay.

Quatre chardonnay présentés pour illustrer la diversité de ce cépage. Toujours autant de bruits avec les démonstrations culinaires à côté et des odeurs très appétissantes qui donnaient envie de se mettre à table.

Australie, Adelaide Hills, Piccadilly Valley, Tapanappa, chardonnay 2007
Le nez est sur les notes boisées de l’élevage en fût. La bouche est retenue, en retrait. Toujours sur le fût (douceur de la vanille, plus que le grillé).

Nouvelle Zélande, Felton Road, Central Otago, chardonnay 2007.
Bouche sur le caramel. Un peu d’amertume quand même pour ne pas sombrer dans la douceur. Bien équilibré. Elevage déjà fondu. Intéressant.

Argentine, Monteviejo, Lindaflor, chardonnay 2009.
La même bodega qui fait le Clos de los Siete, un de mes rouges de prédilection de la région de Mendoza. Très marqué par le bois, et par les odeurs de cuisine de l’atelier d’à côté. Injugeable.

France, Bourgogne, Meursault, Domaine Bernard-Bonin, Les Tillets 2009.
Le français du lot. Se démarque par des notes plus floral (anis).  Plutôt réussi pour u chardonnay 2009 bourguignon, sans les dérives extrêmes (amertume tranchante ou douceur lourde).