image

Ce n’est pas tous les jours que l’on est invité par une ambassade, surtout pour l’agréable raison d’y déguster les productions locales vinicoles.

Gouter les vins d’un autre pays est toujours un voyage pour moi. J’essaie de retrouver la candeur du palais d’un habitant d’un pays qui ne produirait pas de vins et qui n’aurait pas de comparaison en bouche à chaque gorgée. Sans être blasé de la diversité de nos vins (je m’enthousiasme toujours de la différence entre deux pinots de Premier Cru bourguignons de producteurs ou de millésime différents), je vais à la rencontre des vins étrangers avec l’excitation de la découverte.

Ce jour-là la société AOC International avait regroupé 11 vignerons dans les salons de l’Ambassade de Slovaquie. Beaucoup de monde sur leur 31 et en couple, notamment des autochtones (même si je serai bien incapable de distinguer le slovaque d’autres langues d’Europe orientale). Je me fais encore remarquer avec mon carnet de notes, attirant l’attention des vignerons que je dois détromper sur la gravité des observations que je peux écrire. Des sommeliers curieux et passionnés sont aussi là à grifonner.
Les vignerons slovaques sont venus à Paris pour promouvoir leurs vins et aussi pour savoir ce qu’un public français toujours un peu imbu de ses vins nationaux pense des leurs.

J’ai récupéré de belles plaquettes de présentation des domaines en papier glacé et une carte des appellations Slovaques. Me voilà sortir de cette dégustation ravi du contact que j’ai eu avec ces vignerons et avec l’envie d’aller passer une semaine en voyage d’études œnologiques.

Les vins que j’ai dégustés, dans l’ordre du carnet de dégustation. J’ai essayé de retrouver le plus d’indications sur leur origines géographies, ma compréhension du système des appellations étant limitée par mon niveau d’anglais.
Nous avons beaucoup discuté des cépages locaux, pour certains issus d’une sélection récente. Très intéressant de voir que nos voisins orientaux qui font leur vin depuis aussi longtemps que nous sont moins frileux pour adopter les innovations de l’amélioration des plantes (qui est mon gagne-pain).

J'ai particulièrement apprécié le tour d'horizon de l'Alibernet, et de retrouver un peu de Sankt Laurent.

Beaucoup d’informations et d’illustrations sont issues du site  Wines of Slovakia
Malokarpatská - Lesser Carpathian
Nitrianska – Nitra
Južnoslovenská - Southern Slovakian
Stredoslovenská - Central Slovakian
Východoslovenská - Eastern Slovakian
Tokaj

ELESKO

Image de carte

Malokarpatská (“Petites Carpates”, MKVO), Modranský, Vištuk, Zoya, Alibernet 2009
L’Alibernet est issu du croisement entre l’Alicante Henri Bouschet et le Cabernet Sauvignon, ou l’hybride de ces deux cépages (il faudrait que je demande à mes collègues généticiens de la vigne), sélectionné en Ukraine en 1950 et autorisé depuis 1975. Nez plus animal que sur la verdeur.

Malokarpatská, Modranský, Modra, Iveta, Dunaj (“Danube”) 2010
Le Dunaj est un cépage slovaque sélectionné en 1958 à Bratislava issu du croisement entre les trois cépages (Muscat Bouschet * Oporto) * Saint-Laurent, et autorisé depuis 1997. Le nez est discret. La bouche est droite avec du fruit. La finale est sans sècheresse et plutôt sur une amertume qui porte la finale. Bien et intéressant.

Malokarpatská, Modranský, Vištuk, Zoya, Traja jazdci (“Les 3 coureurs”) 2009
Assemblage de Pinot Noir, Merlot et Alibernet. La cuvée “Premium” de la maison. Construit sur l’acidité, sans la verdeur de l’Alibernet. Finale tient par l’acidité.

Malokarpatská, Vinohradnícka, Modra, Zoya, Veterlín 2009
Assemblage de Dunaj, Alibernet et Petit Merle (nom local du Merlot). Peu de trace de cette cuvée sur internet: vin de garage ? Nez sur le bois, bouche aussi dominée par le bois (vanille), pas encore intégré. Un peu sec en bouche (par le bois, pas par les tanins du raisin). Des notes du mure laissent entendre la concentration. A attendre, l’acidité fera bien vieillir.


KARPATSKA PERLA (“La perle des Carpates”)

Image de carte

Malokarpatská, Šenkvice, Jagnet, Muskät Moravsky (Moravian Muscat) 2011
Nez raisin frais (pas trop sur le pépin). Bouche légère avec de l’amertume.

Malokarpatská, Šenkvice, Suchý vrch (“les collines sèches”), Devin 2011
Cépage hybride slovaque. Souple. Sur le jus de raisin. Semble dilué.

Malokarpatská, Modra, Noviny, Veltlinske Zelene (Grüner Veltiner) 2010
Cépage très répandu en Autriche et Slovaquie. Sur l’équilibre gras/acidité. De la cire. Curieux.

Južnoslovenská (“Slovaquie du Sud”, JSVO), Frankovka Modra (Blaufränkisch) 2009
Le cépage Blaufränkisch que j’aime en Hongrie dans le Egri Bikavér (sous son nom local Kékfrankos). Nez poivré, épicé. Bouche puissante, rappelle un peu le St Laurent. Digeste, intéressant.

Malokarpatská, Šenkvice, Suchý vrch, Alibernet 2009
Nez végétal, bouche idem, un peu de verdeur. Un peu sec en finale, légèrement mentholée.

Malokarpatská, Šenkvice, Suchý vrch, 4 Živly (“4 éléments”) 2008
Sélection des meilleurs Pinot Noir, Cabernet Sauvignon, André et Alibernet élevée 2 ans en fûts. Plus de complexité, sur les fruits noirs. Belle trame acide, beaucoup de rondeur avec le fût. Intéressant.


PAVELKA VPS

Image de carte

Malokarpatská, Trojka (“Partouze” dixit Google translate !) 2011
Assemblage (partouze !) de 3 cépages Alibernet, Dornfelder (cépage sélectionné en Allemagne), et Frankovka modrá. 3,7g/l de sucre résiduel. De la douceur, bien dans la souplesse. Intéressant.

Malokarpatská, Dunaj 2011
výber z hrozna (sélection de raisins). Fruité sucré intéressant (2,4g/l de sucres résiduels). Finale sans sècheresse.

Malokarpatská, Neronet 2011
Le Neronnet est issu du croisement (Saint Laurent * Oporto)* Alibernet, sélectionné en république tchèque et autorisé depuis 1991. Elevage en fût, 2,6g/l de sucre résiduel.
Sur la framboise. Rafraichissant, presque liqueur de fruits rouges.

Malokarpatská, Alibernet 2011
výber z hrozna (sélection de raisins), 3,3g/l de sucre résiduel. Nez un peu de verdeur mais aussi menthol. Des tanins en bouche, de l’alcool. Finit plutôt sur le bois du fût.


TERRA PARNA

Image de carte

Jozef Zvolensky était certainement le vigneron de la plus petite exploitation présente ce jour-là. Les 5 ha de son domaine sont rassemblés autour du bâtiment moderne (cf les photos sur leur site web) dont la vue satellite sert de logo sur les étiquettes. L’homme est passionné et j’ai pu sentir qu’il était heureux de pouvoir communiquer sa passion à des amateurs (dans mon cas) ou des professionnels (pour la plupart des visiteurs) du vin. Ajouter à cela ses allures rappelant le nouvel interprète de James Bond sur nos écrans et sa passion aussi pour le ski de randonnée: j’ai passé la plus grande partie de ma visite à discuter avec lui. Il semblait regretter d’être dans une micro-région avec un long passé de culture de la vigne mais avec des paysans actuels qui ont oublié ou abandonné les pratiques ancestrales qui avait fait la renomée des vins de la région. A l’image de ses bâtiments, Terra Parna écrit son histoire à partir d’une page blanche avec l'encre des anciens.

Malokarpatská, Rizling Rynsky 2010
Nom local du Riesling. Nez discret mais présence affirmée des fruits exotiques. Bouche un peu douce. Trame plus amère qu’acide. Manque un peu de vivacité à mon gout (un peu de sucre résiduel ?).

Malokarpatská, Rizling Rynsky 2009
Le même avec un an de plus. Nez encore plus discret. La bouche est grasse. De la puissance, mais manque de complexité (ou de tension pour avoir de la longueur).

Malokarpatská, Rizling Rynsky 2008
Le même avec encore un an de plus. Nez marqué par le pétrole. Semble recherché pour marquer la typicité du Riesling. Bien loin de mon gout, et plutôt ce que j’évite chez les alsaciens. Encore un peu de perlant à l’attaque. La trame est acide. La finale s’allonge avec un peu d’amertume.

Malokarpatská, Modrý Portugal 2008
Nom local du Portugais bleu ou  Blauer Portugieser ou Oporto même s’il semble n’avoir rien de lusophone dans ses origines; élevage de 2 mois en fûts. Nez très fruité. Bouche un peu animale. Léger mais bien.

Malokarpatská, Svätovavrinecké 2009
Nom local du Saint Laurent (ou du Sankt Laurent autrichien que j’apprécie souvent); élevage de 4-5 mois en fûts. Nez fruité et sur la vanille de l’élevage. Légère impression fumée. Bien.

Malokarpatská, Vintro 2008
Assemblage de Modrý Portugal, Svätovavrinecké  et Alibernet, élevage en fûts slovaques. Sur l’acidité avec une trame tannique marquée. Demande de l’agitation pour s’ouvrir. 


Peter Chowaniec & Juraj Krajčírovič

Image de carte
http://vinnepivnice.sk/wp-content/themes/wasteland/public/img/logo.png

Juste pour compléter mon tour d’horizon de ce nouveau cépage Alibernet.

Malokarpatská, Jur, Hruščovo, Alibernet 2010
Neskorý zber (= vendange tardive), mais sucres résiduels de 2,7g/l seulement donc reste sec en Slovaquie comme en France comparé à ce que nous appelons vendanges tardives en Alsace avec habituellement plus de 50g/l de sucre résiduel. Nez sur la verdeur, peut rappeler le Cabernet Franc, en plus doux. La finale est ici sèche.


Miroslav Dudo

Image de carte
http://www.sapid.sk/media/catalog/category/dudu.jpg

Devín 2011
Cépage sélectionné en 1950 à Bratislava, issu du croisement entre Tramín červený (Gewürztraminer) et Veltlínske červené skoré (Malvasia), autorisé en 1997. Výber z hrozna, polosuché (sélection de raisins, demi-sec = entre 4 et 12 g/l de sucre résiduel). Douceur du sucre. Des arômes intrigants de fruits noirs. Rondeur trop présente à mon gout réfractaire au sucre résiduel.

Móže byt (“Peut-être”) 2010
Assemblage de Cabernet Sauvignon et de Saint Laurent (élevé en barrique). Bien que sec, une impression de douceur. Du fruit (comme une salade de fruits sucrée). Intéressant.


Alojz Masaryk

Image de carte

Particularité du domaine d’avoir des terroirs sur sables, orientés à l’Ouest.

Frankovka modrá, 2011
Nom local du cépage Blaufränkisch; vendange tardive. Vin léger, sur le fruit. Toujours un peu de douceur. Glisse bien. Devrait pouvoir se marier avec une cuisine aigre comme les plats hongrois que j’ai pu tester.

Enem (“Exclusivement”) 2011
Assemblage de Nitra (80%, cépage sélectionné à Bratislava en 1976, issu du croisement Castets * Abouriou noir), d’Alibert et de Cabernet Franc. Nez sur la verdeur de l’Alibernet (et certainement du Cabernet Franc). Bouche un peu de chaleur. Joli fruit et finale bien.


Gabriel Zsigmond

Image de carte
http://www.zsigmond.sk/images/img-footer-logo.png

Terroirs de sols volcaniques au pied des Balkans.

Frankovka modrá, 2010
Plus sur les fruits rouges. Des signes de déviance (type bret). Sec en bouche, déconcertant après la douceur des autres Blaufränkisch. Impression de sècheresse domine.