BaroloCinq jours pour découvrir une région aussi riche que le Barolo peut paraitre une éternité pour le touriste japonais qui visite l’Europe en écoulant ses 10 jours de congés annuel. Pour un amateur français de vin (et de bonne chair), ce n’est qu’une invitation à y revenir régulièrement.

Pour que mon premier contact avec les vignerons de la région soit le plus diversifié possible, j’avais pris des rendez-vous en choisissant des domaines en glanant des noms auprès de différentes sources. Même au sein d’une appellation prestigieuse, l’éclectisme des styles peut révéler une autre approche des terroirs (sans entrer dans le débat sur les contours d’un terroir).

Je n’avais pas pu assister au diner-dégustation avec Marco Parusso organisé par Pierre Vila Palleja du Petit Sommelier de Paris en mai 2013 quand je commençais à mettre le nebbiolo en tête de mes priorités. Le nom de Parusso ayant refait surface sur les forums internet, j’obtenais un rendez-vous avec Alessandro Petiti, en charge des relations clients pour le domaine et ayant l’avantage de parler français.

La Cantina est une de celle que j’aurais visiter en dehors des villages. Elle est située sur la crête que va de Castiglione Falleto à Monforte d’Alba, juste à la limite des deux Crus respectifs de Mariondino et Bussia (un des crus les plus étendus de l’appellation).

Allessandro me fait visiter les installations avec le chantier d’extension en bruit de fond. La maison historique de la famille a été reconstruite il y a plusieurs années et les chais ont été fait à neuf il y a peu d’années. Marco partant pratiquement d’une feuille blanche a fait des bâtiments pour mettre en pratique son approche originale de la vinification dans la région. En effet, ce sera la seule fois de la semaine où j’aurais eu l’impression d’être dans une autre région.

Ici, un impressionnant alignement de roto-fermenteurs près pour accueillir la futur vendange; je n’ai pas vu de foudres ou demi-muids mais seulement des barriques bordelaises comme dans un château; et une chambre froide pour laisser reposer les grappes de nebbiolo en cagette pendant 2 à 6 jours au froid. Cette pratique que je ne connaissais pas avant égrappage et mise en cuve des bais pour fermentation est destinée à assouplir la peau du nebbiolo pour faciliter l’extraction des tanins (dont il ne manque pas) et de la couleur (dont certains pourraient lui reprocher la clarté comme pour le Pinot Noir). Un autre effet bénéfique serait une lignification plus poussée des rafles qui perdraient leur verdeur. Cela permet de garder presque 50% des grappes non éraflés dans certains millésimes.

CYB_4508

La ligne directrice du domaine est de respecter ce que fait la nature (même si je n’ai pas encore entendu un vigneron qui pense manquer de respect à la nature). Chez Parusso, j’aurais bien aimé parler un peu plus de culture de la vigne (pour laquelle j’ai un peu plus de connaissance théorique de part mon métier que pour la vinification) où le respect de la nature se traduit par un contrôle de la culture entre les rangs pour, entre-autres, exacerber le développement des levures indigènes qui seront les seules à intervenir dans la fermentation.

Les Parusso seraient aussi les derniers à vendanger préférant les raisins à surmaturité.

Dégustation des vins

Langhe “Rovella” 2011
Cépage Sauvignon. Sélection de vieilles vignes sur les communes de Monforte d’Alba et Castiglione Falletto, dont une juste sous la terrasse des bureaux. Macération pelliculaire, fermentations bourguignonnes en fût (dont un fût de démonstration avec une paroi translucide). Nez sur les produits d’argenterie (réduction ?). bouche douce, pommadée. finale sans trop d’acidité. Fumée type Marsanne.

Barbera d’Alba “Ornati” 2013
Parcelle près de Montforte d’Alba. Elevage 50% en Innox, 50% en fût de deux ans pendant 6 mois. Nez croquant, fruits rouges (fraise, cerise). Croquant du fruit rouge en bouche avec une touche de réglisse.

Barolo 2010
Vignes sur les communes de Monforte d’Alba et Castiglione Falletto, assemblage traditionnel déjà pratiqué par le papa Armendo. Elevage  en fût pendant 2 ans. Nez cassis, un peu de verdeur. bouche sur tension mentholée (effet du bois ?). Tanins sur les joues. Fruité reste présent. Sympa, facile.

Barolo “La Coste du Monforte” 2010
Sélection de vielles vignes des Crus Le Coste et Mosconi sur la communes de Monforte d’Alba. Elevage en fût pendant 2 ans. Nez floral, avenant. Bouche sur le fût et le cassis, doux. Tanins et piquant en finale.

Barolo “Bussia” 2010
Sélection des parcelles de Rocche (sud, sud-est), Munie (sud, sud-est) et Fiurin (ouest) du Cru Bussia sur la communes de Monforte d’Alba. Elevage en fût pendant 2 ans. Nez plus épicé. Profil nouveau monde (mentholé, poivré). De la matière, du gras.