Il ne m’a pas été possible cette année d’aller à la rencontre des vignerons de Loire à mi-chemin à Chartres au marché de la Paulée des Vins de Loire début avril.
Séance de rattrapage avec le salon pro Loire en scène.

Malheureusement pas très en forme aujourd’hui après avoir péniblement distingué le matin deux vins italiens au concours Amphore des vins bio, je descend à pied et sous la pluie en bord de Seine pour rejoindre le Petit Bain.

Malgré le plateau très alléchant de vignerons, je me résous à concentrer mes efforts sur la vivacité du sauvignon de Sancerre pour me donner un coup de fouet.


Sancerre – Alphonse Mellot

Sancerre blanc, La Moussière 2015
Etonnamment doux dans ce millésime pour une cuvée attendue sur la tension. Jolis arômes de fruits jaunes (pêche) et agrumes. Beau touché.

Sancerre blanc, Les Romains 2013
Nez fermentaire, un peu pamplemousse. Tension plus sur les agrumes, plus large aussi.

Sancerre blanc, Edmond 2014
Sur l’acidité des agrumes. Très tendu. Finale sur une pointe de verdeur (asperge).

Sancerre rosé, La Moussière 2015
Presse des jeunes vignes. Pas trop amylique. Amertume légère.

Sancerre rouge, La Moussière 2013
Nez fruité. Bouche sur astringence.

Sancerre rouge, Les Grands Champs 2011
50% fût neuf. Nez un peu sur la verdeur, grillé. Bouche passe de la verdeur à l’attaque à la douceur en finale. Presque le poivron du cabernet franc. Finale cerise.


Sancerre – Carine et François Crochet

J’ai fait la découverte de ce domaine grâce à la première édition de Loire en Scène. Je peux voir avec le recul et les vins dégustés aujourd’hui que j’aime de plus en plus leur vins. Il faudrait bien sûr une dégustation à l’aveugle pour faire la part du subjectif.

Sancerre rouge, classique 2014
Bien gourmand. De la vivacité sympa.

Sancerre rouge, Réserve de Marcigné 2013
Les tanins glissent bien. Plus large, encore du fruit.

Sancerre rosé 2015
Acidulé. De l’amertume

Sancerre blanc, Classique 2015
Assez court.

Sancerre blanc, Exils 2014
Il faudra bien que je m’en souvienne: le nom de la cuvée est l’anagramme de Silex comme le rappelle son ombre sur l’étiquette. Le nez est très minéral: au-delà de la caricature, j’ai vraiment l’impression d’avoir des cailloux de silex en train de tremper dans le verre. La finale est sur le fruit avec la chair d’agrume et non pas l’amertume. Presque un peu de pomme.

Sancerre blanc, Les Amoureuses 2014
Nez en retrait. Bouche plus souple, semble moins longue. Finit sur la douceur sans amertume.

Sancerre blanc, Le Grand Chemarin 2014
Séparation de la cuvée classique d’une parcelle de calcaire friable. Pulpeux et amertume. Finale plus tendue.

Sancerre blanc, Le Petit Chemarin 2014

DSC_0506


Séparation de la cuvée classique d’une parcelle de calcaire en bloc, élevage en fût tronconique. Nez poussière de pierre (presque comme la cuvée Exils en plus subtil). La bouche est complexe et encore sur la tension de ces 2014. Pas encore à l’équilibre mais une belle matière la promet à un bel avenir. Mon coup de cœur.

Sancerre blanc, Le Chêne Marchand 2014
Chair des agrumes de l’Exils sans l’acidité. Belle finale juteuse. Se boit très bien dès maintenant. Très équilibré. Si je m’autorisais un deuxième coup de cœur.


Domaine Claude Riffault – Stéphane Riffault

Sancerre blanc, Les Boucauds 2015
Bouche piquante (kumquat). assez sèche, assez court.

Sancerre blanc, Les Chasseignes 2015
Plus souple. Moins de piquant. Plus de longueur. Belle tension.

Sancerre blanc, Les Desmalets 2014
Jus de poire/pomme. Un peu amande. Finale bien.

Sancerre blanc, Les Denisottes 2014
Plus calcaire. Plus concentré, bien sur la longueur.

Sancerre rouge, La Noué 2014
Vendange entière, élevage de 16 mois. Sucrosité, pas végétale.Belle tension, pas de sècheresse. Profil fruits mûrs.